Bienvenue Chez Haut les Masques

Notre métier : « Découvrir et faire éclore les personnalités pour que chacun puisse trouver un épanouissement personnel et professionnel, aller au-delà des masques


Covid 19 – Confinement !!

mais aussi

Confiance Compassion 

Compte tenu des évènements et des recommandations gouvernementales nous avons suspendu toutes nos missions extérieures en présidentiel.

Toutefois Sylvie maintient son accompagnement en distanciel via Skype, FaceTime…. : Ma mission est d’accompagner toute personne en difficulté. La situation présente est déstabilisante, bouleversante parfois inquiétante. Je suis avec vous.

Tout d’abord j’ai des pensées chaleureuses pour tous les malades.

Nous avons le choix face à une telle situation : Danger ou Opportunité ?

Quel choix faites vous ? Quelle représentation avez-vous de ce moment ?

Cette période est révélatrice :

  • Révélatrice sur l’état du monde.
  • Révélatrice des comportements humains.
  • Révélatrice de la conscience de l’autre.
  • Révélatrice du sens donné à la vie .
  • Révélatrice de la dépendance à l’égard de la consommation.
  • Révélatrice pour les entreprises, les managers, les individus.
  • Révélatrice de la conscience de chacun.
  • Révélatrice de la peur du vide, du rien….

Cette période de confinement est une période de transition propice à l’introspection, à la réflexion, à la simplicité.

Et après ? quel chemin emprunterez-vous ?

Voici quelques pistes pour tirer partie de ces moments :

  • Rester en mouvement, garder un rythme de vie même chez soi.
  • Mettre en place des rituels, des rituels qui ont du sens pour chacun.
  • Garder le lien avec autrui : certes les contacts directs sont interdits mais soyons créatifs et apprécions chaque personne que nous croisons en allant faire nos courses, en faisant notre jogging !!!
  • POSITIVONS : certes être fermé chez soi peut paraître difficile. C’est peut être une nouvelle expérience. Nous avons le pouvoir de rendre ces moments les plus agréables possible.
  • Accepter ce qui est et lâcher-prise.
  • Vivre l’instant présent.

Un point me semble important  : Donnons nous le droit à l’émotion.

  • Soyons à notre écoute.
  • Ayons conscience de nos émotions, de notre état interne.
  • Les identifier, les qualifier.
  • Se comprendre.
  • Prendre soin de soi surtout.

Développons notre empathie et notre compassion à l’égard d’autrui.

Gardons le sourire !!

 


 « Tout est pour le mieux »
conte Indien

L’acceptation de ce qui est….. et Rebondir !
Un jour, le roi emmena son ministre à la chasse, dans la jungle. En traquant un fauve, le souverain et le sage furent séparés de la suite royale, et finirent par s’égarer au cœur de l’immense forêt. Vers midi, la chaleur devint accablante. Harassé, affamé, le roi s’écroula de découragement à l’ombre d’un arbre.

– Ministre, gémit-il je suis à bout de force et j’ai affreusement faim ! Essaye de me trouver quelque chose à manger.

Le ministre alla cueillir des fruits qu’il offrit à son maître mais celui-ci, dans un accès de fébrilité gloutonne, fit un faux mouvement avec son couteau et se trancha un doigt.

– O ministre, que j’ai mal ! cria t-il, en serrant son membre mutilé qui saignait abondamment.

L’autre se contenta de dire paisiblement :

– Dieu fait tout pour le mieux.

Ces paroles eurent le don d’exaspérer le roi, déjà furieux de sa mésaventure. Fou de rage, il bondit sur le ministre et le roua de coups en hurlant :

– Misérable crétin ! J’en ai assez de ta philosophie ! je suis en proie aux pires souffrances, et ce que tu trouves à dire pour me soulager, c’est : Dieu fait tout pour le mieux ! Va t-en au diable ! je ne veux plus jamais te voir ni entendre parler de toi !

Le ministre se retira aussitôt, en répétant tranquillement : Dieu fait tout pour le mieux ! Resté seul, le monarque se confectionna un bandage avec un lambeau de sa tunique, en roulant d’amères pensées. Soudain, deux robustes gaillards surgissant des fourrés se précipitèrent sur lui et le ligotèrent promptement. Le roi n’était guère en état de se battre, et ces hommes étaient des colosses.

– Quelles sont vos intentions ? Que voulez-vous de moi ? demanda le souverain effrayé.

– Nous allons t’offrir en sacrifice à notre grande déesse Kâli. Chaque année à cette même date, nous avons coutume de lui rendre ainsi hommage. Et nous cherchions justement une victime convenable quand un hasard propice nous a guidé vers toi.

– C’est impossible ! protesta le captif horrifié. Vous ne savez pas à qui vous avez affaire ! Je suis le roi de ce pays ! vous devez me relâcher !

– Ah ! Fort bien ! s’esclaffèrent les deux géants. Notre vénérable Kâli sera particulièrement contente, lorsqu’elle verra quel personnage important nous lui offrons cette année ! Allons suis moi ! Toute résistance est inutile.

Le monarque atterré, fut traîné jusqu’au temple de la déesse et placé sur l’autel. Le prêtre s’apprêtait à lever son poignard, lorsqu’il remarqua le bandage encore tout maculé que portait la victime. Ayant constaté qu’un morceau de doigt manquait au prince, il le fit sur-le-champ libérer, en disant :

– Cet individu n’est pas digne de notre grande déesse ! Nous devons offrir à Kalî un homme entier, parfaitement constitué. Celui-ci ne convient guère. Qu’il s’en aille ! Le roi se hâta de déguerpir, ravi d’avoir échappé de justesse à un sort si funeste. Et il se mit à songer aux paroles de son ministre : Dieu fait tout pour le mieux. Ne serait-il pas maintenant dépecé sur l’autel de Kalî, s’il ne s’était coupé un doigt par une heureuse inadvertance ? Se reprochant vivement la manière dont il l’avait insulté et brutalisé son conseiller, il sillonna la forêt en appelant le ministre, afin de réparer au plus vite son injustice. Il finit par découvrir le sage qui méditait dans une clairière. Le roi l’embrassa en le suppliant de lui pardonner son erreur. Puis il lui raconta son aventure, et comment les adorateurs de Kâli l’avaient relâché, grâce à sa mutilation.

– Sire, je n’ai rien à vous pardonner, dit le ministre, et vous ne m’avez nullement offensé. Bien au contraire, c’est moi qui vous doit la vie. si vous ne m’aviez pas chassé, j’aurais été capturé avec vous, et les sectateurs de la déesse m’auraient forcément immolé à votre place, puisque mon corps est intact.

Ainsi vraiment, Dieu fait tout pour le mieux !

Swami Ramdas

 

Acceptation de ce qui est ! 

Notre chemin est semé de joie, de réussites mais aussi de difficultés, d’épreuves.

Tout est pour le mieux, phrase répétée tout au long du conte, mène à l’acceptation de ce qui est. Lorsque nous ne pouvons changer une situation, mieux vaut accepter ce qui est , lâcher nos résistances et baisser les armes.

La vie est un continuel apprentissage pour évoluer, grandir.

Comprends et travailler sur nos difficultés, c’est prendre un temps pour accueillir ce que nous vivons et enfin dire « Tout est pour le mieux ».

Il est important de prendre conscience de :

  • La situation, de notre vécu.
  • Nos réactions, comportements.`
  • Nos émotions.

Nous pouvons  dire OUI à ce qui est et ensuite REBONDIR.

 

 

Bienveillance – Empathie

« Rajoutons de la vie aux années et non des années à la vie »
Puissions-nous en cette fin d’année nous montrer bienveillants, ouverts, disponibles aux autres

 

 

 

L’écoute

« Si je parle à un homme et qu’il ne me comprend pas, je me tais et je l’écoute. Je m’efforce de le comprendre, lui. Car si je parviens à le comprendre, je saurai pourquoi il ne me comprend pas. »
Un sage du Mali

 

Le Bonheur

« En te levant le matin, rappelle-toi combien est précieux le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux »
Marc Aurèle

 

 

L’optimisme

« Prenons le temps de chanter, de rire, de s’amuser. Tout le monde sait bien qu’après tout la vie est souvent jolie quand on la prend du bon côté ».
Charles Trenet

 

La confiance

« Un beau jour, il faut se décider à prendre sa vie en main. Foncer et ne pas s’arrêter. »
Devenons Auteur et Acteur de notre vie en toute confiance

Prenez le chemin du possible avec confiance, joie, optimisme et créativité.

 

Et surtout gardez le sourire