Les Gratitudes

LES GRATITUDES

« La gratitude se réjouit de ce qu’elle doit, quand l’amour-propre préférerait l’oublier » André Comte-Sponville.

Plutôt que de ressasser ce qui ne va pas, ce que nous aurions dû faire, penser, ressentir et que sais-je, réfléchissons plutôt chaque soir aux gratitudes de la journée.

En fin de journée, se poser et méditer sur cette question : « Dans cette journée, dans ce bonheur….. qu’est-ce-que je dois aux autres ? Qui dois-je remercier aujourd’hui ? »

Toutes nos actions nous relient aux autres, au monde. Ce merci quotidien nous permet de conscientiser que nos forces, nos capacités, certes viennent de nous, mais ne sont rien sans les autres.

Les gratitudes développent un sentiment d’appartenance universel.

Comme l’explique Christophe André, cet exercice permet de développer « la bonne confiance en soi » et d’établir un lien avec les autres ;  la « fausse confiance en soi » consiste à croire à notre toute puissance !

Toujours pour citer C. André : « Prendre une douche de Gratitude chaque soir pour enlever les poussières de l’égo, se réjouir le coeur et se révéler à soi toutes se forces intérieures et extérieures ».

Voilà un rituel à mettre à votre programme de l’été.

Sourions au Bonheur et à l’instant Présent

Profitons de l’instant présent sourions !

« Je crois que si je passe pour l’écrivain du bonheur c’est parce que je pense qu’il faut être heureux en dépit de tous le reste » écrivait Jean d’Ormesson.

Le bonheur c’est tout de suite, ai-je coutume de dire. Un des freins est notre mental, je vous en ai parlé dans ma dernière newsletter (. Il a une activité qu’il privilégie et qu’il adore : il nous conduit à la fois dans le passé, nous fait faire des bonds dans l’avenir. Il nous donne le vertige. Il est champion du monde en culture de pensées négatives.

Dans ces moments-là, la conscience de l’instant présent nous quitte. La vie se déroule sans que nous puissions « être dans le bonheur ».

Accepter

En période d’agitation, il y a une ressource à utiliser : La patience. Et oui pas facile !! Elle nous permet un ralentissement du rythme et nous nous dégageons ainsi de l’agitation.

Cette lenteur nous permet d’accepter la vacuité tant redoutée. « Être patient nous rend disponible à l’instant présent ».

« L’esprit du débutant » (J. Kabat-Zinn )

L’instant présent est la vie tout simplement. Nous oublions trop souvent la richesse de notre quotidien. Nous nous en accoutumons et n’en profitons pas, nous perdons le sens de son courant.

Pour J. Kabat-Zinn « Il est important de cultiver l’esprit du débutant et tout envisager comme si c’était la première fois ».

Quelques suggestions pour cette période de fêtes :

  • Et si vous ralentissiez votre rythme, ayez des moments « vides » et ouverts au possible.
  • Cultivez la patience et la lenteur.
  • Appréciez chaque instant dans sa simplicité.
  • Cultivez l’esprit du débutant, e .
  • Souriez à la vie ! « En me réveillant, ce matin, je souris. Vingt-quatre heures toutes neuves se tiennent devant moi. »- Thich Nhat Hanh. Le sourire permet de déclencher des sentiments positifs. Il permet d‘être plus optimiste et d’avoir une vision positive de la vie. Essayez et vous verrez !!

Haut les Masques vous accompagne pour développer

« L’esprit du Débutant »

Trouver votre liberté et exister dans l’instant.

Cultiver votre jardin à bonheur.

Contactez-nous 

 

 

 

Le Bonheur et le Bien-être au travail

Mis en avant

 

Osons parler Bonheur et bien-être au travail !

Le Bonheur est « un état de satisfaction complète, stable et durable ». C’est ressentir des émotions positives, agréables. Pour Christophe André « c’est un acte de conscience qu’il y a du bien-être en nous et autour de nous.»

Oser Parler Bonheur au travail est une nouvelle démarche et permet de changer de regard, de vision sur le travail.

Il est temps de faire évoluer le sens du mot travail. Plusieurs qualificatifs lui sont associés :

fatigue, dureté, épuisement, difficulté. Pour trouver un équilibre de vie, il est bon d’associer ce mot avec épanouissement. Ce lien est cher à Haut les Masques dont la mission est de « Découvrir et faire éclore les personnalités pour un épanouissement personnel et professionnel ».

Développer le bonheur au travail permet de développer la performance des Ressources Humaines d’une entreprise. Cette démarche attire également les talents, fidélise ses collaborateurs.Les différents acteurs de l’organisation entre dans un rapport « gagnant-gagnant. »

C’est également un antidote à l’épuisement professionnel.

Une enquête menée aux Etats-Unis montre que les salariés heureux

au travail seraient : 2 fois moins malades, 6 fois moins absents, 9 fois plus loyaux, 31 % plus productifs et 55 % plus créatifs que les salariés insatisfaits (Harvard/MIT).

Quelles sont les clefs du bonheur au Travail ? En entreprises, il y a un certain nombre de leviers. En voici quelques-uns :

  • Donner du sens ou trouver du sens à son travail en étant challengé.
  • Développer la bienveillance.
  • Instaurer une ambiance et des relations de qualité. Oser parler et échanger.
  • Porter attention à la qualité de vie au travail : « Le plaisir précède la performance ».

Pour débuter cette démarche plusieurs points sont à aborder :

  • L’environnement de travail.
  • Le collaborateur : lui donner le moyen de mettre ses talents au service de l’organisation.
  • Les équipes : développer des relations harmonieuses. Mieux travailler ensemble.
  • Développer la collaboration entre tous.
  • Avoir une vision positive au travail.

Haut les Masques propose d’accompagner les entreprises, les organisations dans cette démarche. Sylvie anime des formations « Bonheur au travail – Développer la qualité de vie au travail ».

Vous êtes chef d’entreprise, DRH ou collaborateur, vous êtes intéressés Contactez-nous.

 

 

L’intention

– L’intention

Profitez de cette période pour établir un bilan de l’année écoulée :

  • Quelles ont été vos réussites, vos joies.
  • Quelles ont été vos réalisations
  • Vous avez des rêves ? quels sont-ils et comment pouvez-vous les réaliser ?

Chaque action consciente commence par une intention. Cette période est l’occasion de se fixer un objectif pour l’année à venir et de s’engager sur cette voie :

  • Prenez un moment de calme, peut-être après avoir faire votre bilan de l’année.
  • Fermez les yeux, faites plusieurs respirations profondes.
  • Posez-vous la question : « Que pourrais-je me souhaiter ? pour mes proches ? pour le monde ? ».
  • Décidez de votre intention, écrivez-la pour bien la conscientiser.
  • Tout au long de l’année en cours vérifier régulièrement si vous restez en accord avec celle-ci.

Voici les intentions du Dalaï Lama et de Desmond Tutu :

  • Puissent tous les êtres trouver le Bonheur.
  • Puissent tous les êtres être libérés de la souffrance.
  • Puissent tous les êtres ne jamais être privés de joie.
  • Puissent tous les êtres supporter la douleur avec sérénité.

 

La Bienveillance et le Management bienveillant

  1. La bienveillance :
    • un peu de réflexion.
    • Qu’est ce que la bienveillance.
    • La bienveillance envers soi-même.
    • Cultiver la bienveillance envers les autres
  2. Le Management bienveillant

1 – LA BIENVEILLANCE

 

Un peu de réflexion avec…

… Une citation

« Nous sommes nés pour collaborer, comme les pieds, les mains, les paupières, ou les deux rangées de dents, celles du haut et celles du bas. Il est contre-nature de s’opposer les uns aux autres : et c’est s’opposer à eux que de s’irriter ou se détourner d’eux. »

Marc-Aurèle, Pensées, II, 1.

… Une Histoire

« Un vieux Cherokee enseigne son petit-fils à propos de la vie : « Un combat se passe à l’intérieur de moi », dit-il au garçon.
« C’est un combat terrible, un combat entre deux loups. L’un est mal – il est en colère, rempli d’envie, de tristesse, de regret, de cupidité, d’arrogance, d’apitoiement sur soi, de culpabilité, de ressentiment, d’infériorité, de mensonges, de faux orgueil, de supériorité et d’ego. »

Il poursuit : « L’autre est bon. Il est la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la bonté, la bienveillance, l’empathie, la générosité, la vérité, la compassion et la foi. »
« Le même combat se passe à l’intérieur de toi – et aussi à l’intérieur de tout autre personne.»

Le petit-fils réfléchit pendant une minute puis demanda à son grand-père : « Lequel des deux loups va gagner ? »

Le vieux Cherokee répond : « Celui que tu nourris ».

Qu’est ce que la bienveillance :

« C’est la capacité à se montrer indulgent, gentil et attentionné envers autrui d’une manière désintéressée et compréhensive.»

Cette disposition part de chacun de nous, de notre cœur pour ensuite irradier autour de nous. Elle permet de ressentir des émotions positives et de guérir l’aspect négatif de chacun de nous.

Bienveillance envers soi-même :

« Tu aimeras le prochain comme toi-même » alors commençons par soi. Tout part de nous. Pour être bienveillant envers les autres, il est nécessaire de cultiver l’art de prendre soin de soi.

Comment faire ?

  •  Être présent à soi, à son corps, ses émotions (référence la  : newsletter sur les émotions), à ses sentiments, ce que l’on perçoit, ses besoins, ses attentes.
  • Oser prendre du temps pour soi. Le temps est précieux.
  • Être indulgent avec soi-même : se féliciter, plutôt que de se critiquer ou d’exiger de soi toujours plus.
  • Vivre sa vie en respectant ses valeurs, le sens et le chemin que nous désirons prendre, en allant vers nos rêves.
  • Vivre l‘instant présent en l’appréciant, le savourant. Nous tirons des leçons du passé et nous nous préparons pour l’avenir.

Quelques questions à se poser pour être son « Meilleur Ami » :

  • Comment est ce que je me sens ?
  • De quoi ai-je besoin ?
  • Quelles sont mes attentes, mes désirs, mes aspirations ?
  • Si je suis dans l’émotion : quelle est-t-elle ? Comment faire ? Comment me comporter ?
  • Suis-je ok avec moi ?
  • Et si j’étais mon ou ma meilleure amie quels conseils me donnerais-je ?
  • Je peux m’engager sur ce chemin, prendre des engagements précis et me libérer des comportements toxiques.
  • Cultiver la bienveillance envers les autres Voici les mots de Christophe André : « Je crois en une contamination de l’amour, de la bienveillance, de la douceur et de l’intelligence. Chaque fois qu’on pose un acte de tendresse, d’affection, d’amour, chaque fois qu’on éclaire quelqu’un en lui donnant un conseil, on modifie un tout petit peu l’avenir de l’humanité dans le bon sens. Et chaque fois qu’on dit une vacherie, qu’on commet une méchanceté, et qu’on les répète, on fait perdre du temps aux progrès humains. Que chacun cultive le plus grand nombre possible de ressentis et d’actes positifs est donc vital pour tout le monde. »

     Multiplions les actes de bienveillance autour de nous, cultivons la pensée bienveillante et positive. Échangeons, dialoguons avec l’autre tout en étant empathique et dans une écoute active. Assurons à l’autre une pleine présence.


    2 – Le Management Bienveillant

     

    « Celui qui ne peut pas changer son état d’esprit ne peut rien changer du tout » G. Bernard Shaw

    La bienveillance se décline aussi dans l’entreprise. Cette démarche est orientée vers le bien-être de l’individu. La productivité n’est pas le seul facteur de réussite même en période de difficultés. L’entreprise n’existe pas et ne peut rien faire sans « la réalité humaine ». Combien de structures souffrent d’absentéisme, d’épuisement, de turn-over.

    Le mouvement de bienveillance est initié par la direction, elle insuffle un nouveau mouvement positif et porteur. « Charité bien ordonnée, commence par soi-même ».

    Comment être bienveillant dans son management ?

  • II est important de prendre en considération chacun et de respecter la spécificité de chaque collaborateur.
  • Les nouvelles générations remettent en question l’investissement à tout rompre dans leur travail : les entreprises doivent prendre en compte ces aspirations c’est-à-dire le respect de l’équilibre entre la vie personnelle et professionnelle. Cette attitude est un élément préventif du Burn out.
  • Veiller au bien-être des individus avec des actions concrètes : rythme de travail, flexibilité par exemple.
  • Certaines valeurs sont incontournables à instaurer et faire vivre : La gentillesse, le respect mais aussi la reconnaissance. Recadrer, corriger, critiquer le travail est courant, mais combien disent « Bravo ». Ce retour consolide la confiance d’un collaborateur. Donner du sens au travail de chacun à tous les postes d’une entreprise est incontournable.Selon une étude de 2013, pour les Français 3 signes sont importants pour une qualité de vie au travail : le respect, la reconnaissance, l’épanouissement.Mesdames, Messieurs les manageurs réfléchissez à établir un management bienveillant avec vos équipes.

    Pour Haut les Masques, faire remonter la dimension humaine dans la pyramide des valeurs est gage de réussite pour l’entreprise.

    La bienveillance permet à chacun de se sentir impliqué, légitimé dans son poste et son entreprise par le biais de l’écoute, la considération, la reconnaissance.

    Instaurez des règles, développez la cohésion d’équipes, établissez des rituels pour une communication créative, transparente et encourageante pour bien vivre ensemble.

Le Sourire

«  Lorsque tu souris à la vie, la moitié du sourire est pour ton visage, l’autre moitié pour quelqu’un d’autre » Proverbe Tibétain.

« Le sourire ne rend pas plus intelligent mais c‘est plus agréable pour les gens qui nous regardent » !! extrait de Nikita, film de Luc Besson.

« J’ai 5 ans et un chagrin d’amour. À mon âge, c’est un peu lourd à porter. J’en ai tombé mon sourire… » Extrait de Sourire de G. Barbot

« Un homme est né pour souffrir. Il est né pour changer. Il change d’infortune ! Ami, reprends courage : Toujours un vent glacé ne souffle point l’orage. Le ciel d’un jour à l’autre est humide ou serein. Et tel pleure aujourd’hui qui sourira demain » André Chenier (Le mendiant, Idylles).

Période difficile de crise, de troubles divers. Il est vrai que certains jours nous n’avons pas très envie de « sourire » et pourtant nous en retirerions certains bienfaits. Et si nous nous exercions à cette expression faciale en cette fin d’année ! inversons la tendance et cultivons un peu d’optimisme, d’ouverture, de bienveillance.

Le sourire est « un langage, une manifestation extérieure de nos pensées ou du psychisme qui nous anime à un moment donné, un aspect de réceptivité.»

C’est une expression que l’on acquière dès la petite enfance par effet miroir avec l’entourage. Son apparition ne relève donc pas du hasard. Elle ne transparaît jamais sur le visage d’un enfant isolé originellement de tous liens sociaux. « L’enfant sauvage » ignore le sourire, le rire, les larmes.

Expression faciale :

Le langage des émotions est d’abord celui des expressions faciales. Le premier analyste fut un médecin français M. Duchenne de Boulogne (neurologue à la Salpetrière 1806-1875). Ce dernier a isolé le mouvement propre à chaque muscle de la face et lui a associé une émotion ou un sentiment. Le fameux sourire de Duchêne !!! Paul Ekman a repris ses travaux. Il a identifié 18 manières de sourires.

En voici quelques exemples :

  • Le pauvre sourire : air malheureux, expression de résignation.
  • Le sourire cruel : plaisir que donne la colère et la méchanceté.
  • Le sourire de « Charlot » : Il sourit à l’acte de sourire.
  • Le sourire de plaisir ou de gaieté : le plus apte à obtenir des sourires en retour. Et c’est de celui-ci dont je vous parle ici.

L’avantage du sourire sur les autres expressions : Le cerveau humain préfère les visages heureux avant tous les autres visages qui ont d’autres expressions.

Pour les spécialistes des neurosciences : « Il existe dans le cerveau un système réservé aux sentiments positifs. Activé en permanence, il permet d’être plus souvent optimiste que pessimiste et d’avoir une vision positive de la vie ».

Alors activons cette zone, Changeons nos comportements pour que nos processus de pensées changent : essayons de sourire dès le matin à soi, aux autres, à la vie.

« En me réveillant, ce matin, je souris. Vingt-quatre heures toutes neuves se tiennent devant moi. »- Thich Nhat Hanh

Quelques suggestions :

  • Cultivez le sourire dès le réveil : souriez-vous et souriez à cette nouvelle journée.
  • Souriez aux gens que vous rencontrez.
  • Exercez vous dans la journée à cette expression : une situation est difficile. Plutôt que d’avoir le visage fermé, tourmenté, crispé, détendez-vous en souriant. Cette expression vous ouvre le visage, vous rend disponible et réceptif et allègera votre journée même si vous avez des difficultés.

Sur votre lieu de travail :

  • Un manager souriant sera plus à l’écoute de ses collaborateurs, plus disponible et inspirera d’avantage confiance. Ceci n’est pas à l’encontre de la fermeté.
  • Arrivez sur votre lieu de travail en souriant même si celui-ci est difficile. Votre état d’esprit sera différent ainsi que la représentation de votre journée de travail.

 N’oublions pas que le visage exprime la part prise dans nos échanges. Donc si vous voulez communiquer, ayez une expression ouverte.

Le sourire ne règle pas toutes les problématiques, mais contribue à un mieux-être. C’est simple à appliquer. Alors essayez et Souriez, vous êtes filmés !

 Haut les Masques® entreprise souriante

Haut les Masques® peut vous aider à retrouver le sourire dans l’entreprise.

Pour sourire à la vie, Haut les Masques® vous propose un accompagnement individuel.

Ayez confiance en vous, en la vie

Assurance   Foi    Espérance   Courage   ouverture

Hardiesse          Toupet   Estime     lâcher-prise

Soi          les Autres          la Vie          Croyance          Réussite

         Sécurité         Bonheur          Respect

Qu’est ce que la confiance ?

La confiance d’après le LAROUSSE est « le sentiment d’Assurance et de Sécurité ».

D’un point de vue étymologique : Le verbe confier vient du latin confidere : com « avec » et fidere « fier » : remettre quelque chose à quelqu’un en se fiant à lui et en s’abandonnant à sa bienveillance et à sa bonne foi.

La confiance est une composante de l’estime de soi. Elle se réfère à nos actions. Elle contribue de façon fondamentale à l’estime et la valeur que chacun se porte. Ce sont nos actes, la célébration de nos succès, notre mérite qui en partie permettent de mieux développer cette assurance.

Être confiant c’est avoir la certitude de posséder les capacités nécessaires pour compter sur soi, faire face aux difficultés, aux imprévus de la vie.

Notre société très instable, le monde en perpétuel changement et cette période de crises multiples sont des dangers pour toute personne manquant de confiance. Ceci se révèle un véritable handicap.

La confiance en soi dépend de plusieurs facteurs : à la fois des facteurs extérieurs environnementaux (éducatif, familial, social, professionnel…) et internes.

Ce n’est pas un don inné mais BONNE NOUVELLE elle s’acquiert peu à peu. Alors au boulot !!!

Image 52

vous confie plusieurs clefs pour développer la confiance en soi

Pratiquer l’acceptation de soi :

  • Reconnaître ses sensations, ses pensées, ses émotions, ses sentiments, les vivre et les exprimer
  • S’accepter tel que l’on est avec ses QUALITÉS et ses défauts.
  • S’accepter c’est faire l’expérience de soi et vivre en toute conscience.

La bienveillance :

  • Être bienveillant avec soi-même comme le serait notre meilleur ami.
  • Réconforter notre enfant intérieur souvent insécurisé et apeuré.
  • Se valoriser, se considérer avec respect.

Vivre consciemment :

  • La réalité est là : vivre avec nos 5 sens, sans s’aveugler, s’anesthésier. Se rappeler que notre perception de la réalité n’est pas la réalité. Plus le niveau de conscience est élevé plus la personne est apte à agir efficacement.

Lister ses qualités, ses capacités.

  • La pire attitude consiste à se nier, à se désavouer.
  • Chaque soir, écrire toutes ses réussites de la journée et se gratifier, se félicite.

Allo Radio encouragement :

  • Faire taire radio critique et se brancher sur radio encouragement. Notre critique intérieur nous fait passer pour de l’info ce qui en fait n’est que de l’intox
  • Reformuler positivement ce que l’on se dit.
  • Il vaut mieux réciter des mantras ou des affirmations positives plutôt que toutes les critiques que l’on se martèle toute la journée !

Le respect :

  • « Si je me respecte, les autres me respecteront ».
  • Le respect de soi, des autres, de la nature…

La responsabilité :

  • Être responsable de ses désirs, de ses choix, de ses actions.
  • Penser par soi-même : comprendre, savoir, se faire une idée. Se servir de son esprit plutôt que de laisser aux autres la responsabilité du savoir.

Soyons ouverts et disponibles à la vie, prenons conscience que nous faisons partie d’un tout.

Et n’oublions pas LE SOURIRE, sourions dès le matin

Image 5

Le Dalaï Lama dit : « Plus on éprouve de respect pour une personne ordinaire, plus on se sent proche d’elle et plus on est prêt à suivre ses conseils. De la même manière, plus vous aurez foi en votre maître, plus vous ferez de progrès dans votre pratique »

« L’optimiste est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès » Mr Baden Powell.

« Le possible est juste un peu après l’impossible ».SALOMÉ

 

Le Stress : Vous avez dit stress ?

stressQu’est ce que le Stress ?

C’est la réponse de notre corps à une alarme qui sonne dans notre cerveau et nous prévient d’un danger. Ce danger peut nuire à notre survie ou bien mettre en péril notre équilibre psychologique : nous évaluons la situation comme dépassant nos ressources et menaçant notre bien-être.

Notre sensibilité au stress est inversement proportionnelle à l’estime que nous avons de nous-même.

Donc inutile de combattre le stress puisque c’est une réaction salutaire. Comprenons plutôt les situations que nous codons comme dangereuses et menons une co-habitation avec le stress

Nous vivons une période difficile inquiétante et insécurisante. Période de changement qui révèle les peurs de chacun devant l’inconnu. Nous nous laissons prendre par le tumulte extérieur, la rapidité de notre société, et toutes les petites voies intérieures qui nous rappellent en permanence la dureté et la difficulté à faire face. Il est temps de prendre soin de soi et de développer un mental plus fort, une attitude sereine pour vivre l’instant tel qu’il se présente.

Le stress n’est pas particulier à notre siècle : Et oui au XIVe siècle, le terme stress apparaît dans la langue anglaise pour désigner un état de détresse liée à la dureté de la vie.  De nombreux scientifiques ont traité de cette notion : comme DARWIN considérant « la peur comme un moyen de mobiliser l’organisme pour assurer sa survie et faire face au danger ». C’est Hanse SELYE dans les années 1950 qui rend populaire le stress. Il l’appelle le « syndrome général d’adaptation » et parle de réaction non spécifique que donne le corps à toutes demandes qui lui sont faites.

Gardons à l’esprit que c’est notre perception de l’événement, de la situation qui détermine le degré auquel nous sommes à la merci du stress et de ses manifestations très inconfortables et parfois handicapantes.

Comment minimiser nos craintes, nos peurs et donc notre stress dans un climat aussi anxiogène que celui que nous vivons en ce moment ? Franklin Roosevelt disait « La seule chose dont nous devons avoir peur, c’est de la peur elle-même. »

Comment faire pour que notre vie soit plus sereine ?

  • Tout d’abord : Prendre conscience de toutes les situations qui  nous inquiètent, nous agitent. Qu’ont-elles en commun ?
  • Quelle représentation avons-nous des situations : modifier l’importance avec laquelle cela pèse sur nous et changer de logique.
  • Comment réagissons-nous : nos émotions, nos réactions physiques
  • Cultivons nos ressources internes et externes
  • Stimulons notre bien-être physique et psychologique et profitons des périodes de calme avec quelques outils : La respiration, la pleine conscience, la méditation.

LA RESPIRATION

Respirons consciemment  lorsque la peur pointe son nez et que la menace est là tapie dans l’ombre. Bien souvent, lorsque nous nous sentons  agressé nous retenons notre souffle.

La respiration ouvre l’espace, redresse la colonne vertébrale et permet d’apaiser les émotions. En respirant, nous commençons à éliminer les barrières. L’énergie de nouveau peut se libérer dans notre corps.

Exercice de respiration

  • Installez-vous confortablement. Le visage relâché.
  • Concentrez-vous sur votre rythme respiratoire.
  • Puis faites une inspiration lente (ventre gonflé) expirez par la bouche qui est pincée (sans serrer les dents) (ventre rentré) comme si vous souffliez sur une boisson chaude.
  • Le faire plusieurs fois.
  • Puis inspirez très profondément et expirez très profondément.
  • Reprenez une respiration normale.

LA MÉDITATION

  • Asseyez-vous confortablement et fermez les yeux. Concentrez vous sur votre respiration pendant quelques minutes pour calmer votre esprit.
  • Visualisez un magnifique lever de soleil. Dans l’œil de votre esprit, regardez le soleil apparaître lentement au-dessus de l’horizon et observez toutes les splendides couleurs du ciel. Sentez comme cet instant est magnifique. Vous ressentez la chaleur du soleil.
  • Après quelques minutes, ouvrez les yeux.

Appelez un numéro d’urgence : celui de Haut les Masques ®.

Nous vous proposons de vous accompagne  pour co-habiter avec le stress. Vous découvrirez votre fonctionnement et harmoniserez le corps et l’esprit : Vous apprendrez à développer un mental plus fort.

CITATIONS À MÉDITER

  • Maître ZEN :

« – Qu’est ce que le tao, la Voie, la Vérité ? demande un disciple à son maître.

C’est ton esprit de chaque jour, répond le maître puis, développant sa pensée : quand j’ai faim, je mange ; quand je suis fatigué, je dors.

N’est-ce pas ce que chacun fait ?

Non la plupart des êtres ne sont jamais pleinement présents dans ce qu’ils font ; lorsqu’ils mangent, ils ont l’esprit préoccupé par mille autres choses ; lorsqu’ils dorment, ils ne dorment pas vraiment. L’homme vraiment accompli se reconnaît à ce qu’il n’a plus l’esprit divisé. »

 

  • Martin Luther King, Jr. :

La paix n’est pas un objectif lointain, mais un moyen d’atteindre notre objectif. Martin Luther King, Jr.

 

  • I. Newton :

Dix mille difficultés ne font pas un doute.

 

  • Montalembert

Les difficultés ne sont pas faites pour abattre mais pour être abattu.

L’instant présent

Notre rapport au temps : Vaste programme !!!!

Le passé, le futur prennent une place importante dans notre esprit. Il ne reste pas beaucoup d’espace pour le présent, alors que lui seul existe.

LE PASSE certes fait partie de nous, réservoir de nos expériences, nos souvenirs, nos ressources, nos croyances. Mais certains d’entre nous ont tendance à s’identifier à lui ; ils tentent de le maintenir en vie, marchent la tête tournée vers l’arrière. Ils ne vivent leur vie qu’au travers de photos jaunies.

« En fait, il ne faut ni s’effrayer ni s’inquiéter de nos souvenirs, mais tout simplement les faire jouer en notre faveur » (E. LOFTUS).

Quel paradoxe : le corps est dans le présent et l’esprit est resté hier.

Chaque personne porte en elle un visage de référence auquel il mesure son visage d’aujourd’hui : une nostalgie laissée par le vieillissement. Comme si le visage d’aujourd’hui ne valait que dans le miroir d’hier.

Acceptons le temps qui passe en investissant le Présent. Reconnaissons notre valeur aujourd’hui, laissons la vie faire son œuvre, acceptons la mobilité, la progression de notre existence.

Si ce n’est le passé qui nous hante, c’est l’Avenir.

Combien de problèmes, d’insatisfactions traitons nous en disant « ce sera mieux plus tard…. » C’est la longue attente de ce qui va arriver ! C’est une projection permanente de ce qui va arriver. Nous sommes dans le présent, mais combien d’entre nous veut déjà être dans le futur. Combien de situations futures imaginées parfois inquiétantes et qui n’existent pas.

Et le temps passe……sans que nous vivions notre Vie !

« Rien ne s’est jamais produit dans le passé, cela s’est produit dans le présent. »

« Rien ne se produira jamais dans le futur : cela se produira dans le présent »

Eckart TOLLE (le pouvoir de l’instant présent)

Alors investissons le moment présent et vivons en toute conscience.

Auto-coaching

  • Quel est votre rapport au temps ?
  • Parlez-vous souvent, pensez-vous souvent de votre passé ?
  • Faites-vous souvent références aux expériences passées ?
  • Ruminez-vous tous vos déboires passés ?
  • Quelles émotions cela provoque-t-il chez vous ?
  • Votre petite voix intérieure vous fait-elle anticiper beaucoup de choses
  • Etes-vous stressés par des situations futures donc imaginaires ?
  • Attendez-vous beaucoup ? un meilleur travail, l’argent, la réussite, les vacances…

 Pour être dans le présent :

  •  Prenez conscience de votre respiration, concentrez-vous sur l’inspiration et l’expiration. Sentez l’énergie vitale en vous. Prenez conscience de votre corps et des sensations.
  • Accordez de l’attention au présent : « à cet instant précis, quels sont vos comportements, vos émotions, vos pensées, vos craintes ? »
  • Observez-vous, écoutez-vous, écoutez votre voie intérieure.
  • Investissez les tâches du jour, même les plus quotidiennes
  • Quelles sont les gratitudes de cette journée ?

 

« Les Hommes perdent la santé pour accumuler de l’argent, ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur,  ils oublient le présent de telle sorte qu’ils finissent par non-vivre ni le présent, ni le futur. Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir… Et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu » Le Dalaï Lama

 

Milieu d’élection- Milieu de correction

L’épanouissement d’un être humain est étroitement lié au milieu qui l’entoure. Nous pouvons de façon généraliste nommer deux milieux :

  • Le milieu d’élection
  • Le milieu de correction

Mais, qu’est-ce donc ??????

Le milieu d’élection : est celui, parmi tous, qui nous procure le meilleur épanouissement, le milieu idéal, confortable, sécurisant.

Il est impossible à maintenir continuellement. D’autre part, pour notre évolution, rester dans ce cercle de confort n’est pas souhaitable : placer ainsi dans cet environnement, nous serions dans un état de béatitude, de « ronronnement », aucun challenge, aucune difficulté. L’évolution est impossible.

Toutefois, il nous donne la possibilité de nous ressourcer, de nous sécuriser, de nous reposer parfois pour faire une pause. En période de difficultés, de faiblesse, de fatigue c’est l’endroit à investir pour se préserver.

Quel est votre milieu d’élection ?

Le milieu de correction : est celui qui nous transforme peu à peu, qui nous aide à développer d’autres aptitudes.

Il nous permet de développer certaines tendances, de corriger des penchants négatifs : Transformation, évolution, apprentissage sont au programme.

Il est à fréquenter lorsque nous sommes en pleine possession de nos moyens. C’est le stimulant.

Quel est votre milieu de Correction ?

Avec la Morphopsychologie

Il est possible d’établir dans les grandes lignes le milieu d’élection et de correction en fonction des types morphopsychologiques.

Prenons les deux grands types opposés : Le Dilaté et Le Rétracté.

Il a un visage rond ou carré ; une ossature large, solide et lourde, des chairs épaisses, un profil en arc de cercle, un front arrondi. Les yeux, nez et bouche sont grands ouverts et charnus.

Son milieu d’élection : les contacts, la présence d’autrui, la jouissance, la nature, la matière. La protection, la sécurité, les directives car n’aime pas les complications ni les décisions.

Son milieu de correction : Se détacher du matériel, ne pas toujours penser à la rentabilité, à manger, freiner la gourmandise. Développer sa sensibilité. Développer sa réflexion, ses points de vue personnels. « Chacun n’est pas comme lui »

  • Le Rétracté

Il a un visage étroit, une ossature fine, des chairs peu abondantes, son profil est redressé. Les yeux, le nez, la bouche sont petits, plus enfoncés dans le visage, minces et fins.

Son milieu d’élection : la solitude, l’indépendance dans un cadre protecteur. Un milieu choisi.

Son milieu de correction : développer les contacts, rapprochement avec la nature, les animaux, être plus généraliste. « Tout le monde ne pense pas comme lui »

Ce sont bien sûr de grandes généralités qui sont à affiner en fonction de chacun. Les personnalités ne sont pas aussi tranchées. Peut-être retrouvés vous certains points ?

Les vacances : milieu d’élection ou milieu de correction

Les congés tant attendus : fatigue, stress accumulés, difficultés en tout genre. Il est temps de recharger les batteries, de se laisser aller. Dans un premier temps dirigeons nous vers notre milieu d’élection pendant quelques jours. Aucune violence à notre égard : nos plaisirs, nos facilités, comment aimons nous nous reposer : certains se ressourcent dans l’action, le sport, les contacts, la solitude, dans le farnienté. À vous de choisir. En tout cas donnez vous le temps de prendre soin de vous, de rêver à votre façon.

Ensuite les batteries commençant à se recharger, vous pouvez commencer à sortir la tête et découvrir d’autres choses, sortir un premier pied de ce cercle de confort et explorer d’autres possibilités que ce temps libre vous permet.

Exercice pour créer le milieu idéal où nous aimerions vivre :

* Choisir l’époque, le pays, la région.

* Choisir son lieu d’habitation : L’environnement (ville, campagne, montagne, mer…), une maison, un appartement et le meubler suivant ses aspirations.

* Choisir sa profession, ses amis.

* Trouver des loisirs.

Inventez et méditez sur les découvertes : contradictions entre des aspirations contraires (solitude et société…). Prenez conscience de la possibilité de pouvoir créer les points principaux de ce milieu dans votre vie actuelle.

Vous pouvez aussi créer pendant un moment de méditation, de rêverie votre jardin intérieur : l’endroit, la végétation, un point d’eau, la lumière, les couleurs. C’est votre lieu secret ressource auquel vous avez accès dès que vous vous sentez perdu.

Le cercle de Confort

Réfléchissez à votre zone de confort dans les différents secteurs de votre vie.

« Les seules limites de ta vie sont celles que tu te donnes »

Où commence la zone d’inconfort, celle qui vous permet d’évoluer ?

Comment pourriez-vous pousser vos limites pour découvrir vos ressources ?