Sourions au Bonheur et à l’instant Présent

Mis en avant

Profitons de l’instant présent sourions !

« Je crois que si je passe pour l’écrivain du bonheur c’est parce que je pense qu’il faut être heureux en dépit de tous le reste » écrivait Jean d’Ormesson.

Le bonheur c’est tout de suite, ai-je coutume de dire. Un des freins est notre mental, je vous en ai parlé dans ma dernière newsletter (. Il a une activité qu’il privilégie et qu’il adore : il nous conduit à la fois dans le passé, nous fait faire des bonds dans l’avenir. Il nous donne le vertige. Il est champion du monde en culture de pensées négatives.

Dans ces moments-là, la conscience de l’instant présent nous quitte. La vie se déroule sans que nous puissions « être dans le bonheur ».

Accepter

En période d’agitation, il y a une ressource à utiliser : La patience. Et oui pas facile !! Elle nous permet un ralentissement du rythme et nous nous dégageons ainsi de l’agitation.

Cette lenteur nous permet d’accepter la vacuité tant redoutée. « Être patient nous rend disponible à l’instant présent ».

« L’esprit du débutant » (J. Kabat-Zinn )

L’instant présent est la vie tout simplement. Nous oublions trop souvent la richesse de notre quotidien. Nous nous en accoutumons et n’en profitons pas, nous perdons le sens de son courant.

Pour J. Kabat-Zinn « Il est important de cultiver l’esprit du débutant et tout envisager comme si c’était la première fois ».

Quelques suggestions pour cette période de fêtes :

  • Et si vous ralentissiez votre rythme, ayez des moments « vides » et ouverts au possible.
  • Cultivez la patience et la lenteur.
  • Appréciez chaque instant dans sa simplicité.
  • Cultivez l’esprit du débutant, e .
  • Souriez à la vie ! « En me réveillant, ce matin, je souris. Vingt-quatre heures toutes neuves se tiennent devant moi. »- Thich Nhat Hanh. Le sourire permet de déclencher des sentiments positifs. Il permet d‘être plus optimiste et d’avoir une vision positive de la vie. Essayez et vous verrez !!

Haut les Masques vous accompagne pour développer

« L’esprit du Débutant »

Trouver votre liberté et exister dans l’instant.

Cultiver votre jardin à bonheur.

Contactez-nous 

Les Gratitudes

Mis en avant

LES GRATITUDES

« La gratitude se réjouit de ce qu’elle doit, quand l’amour-propre préférerait l’oublier » André Comte-Sponville.

Plutôt que de ressasser ce qui ne va pas, ce que nous aurions dû faire, penser, ressentir et que sais-je, réfléchissons plutôt chaque soir aux gratitudes de la journée.

En fin de journée, se poser et méditer sur cette question : « Dans cette journée, dans ce bonheur….. qu’est-ce-que je dois aux autres ? Qui dois-je remercier aujourd’hui ? »

Toutes nos actions nous relient aux autres, au monde. Ce merci quotidien nous permet de conscientiser que nos forces, nos capacités, certes viennent de nous, mais ne sont rien sans les autres.

Les gratitudes développent un sentiment d’appartenance universel.

Comme l’explique Christophe André, cet exercice permet de développer « la bonne confiance en soi » et d’établir un lien avec les autres ;  la « fausse confiance en soi » consiste à croire à notre toute puissance !

Toujours pour citer C. André : « Prendre une douche de Gratitude chaque soir pour enlever les poussières de l’égo, se réjouir le coeur et se révéler à soi toutes se forces intérieures et extérieures ».

L’intention

– L’intention

Profitez de cette période pour établir un bilan de l’année écoulée :

  • Quelles ont été vos réussites, vos joies.
  • Quelles ont été vos réalisations
  • Vous avez des rêves ? quels sont-ils et comment pouvez-vous les réaliser ?

Chaque action consciente commence par une intention. Cette période est l’occasion de se fixer un objectif pour l’année à venir et de s’engager sur cette voie :

  • Prenez un moment de calme, peut-être après avoir faire votre bilan de l’année.
  • Fermez les yeux, faites plusieurs respirations profondes.
  • Posez-vous la question : « Que pourrais-je me souhaiter ? pour mes proches ? pour le monde ? ».
  • Décidez de votre intention, écrivez-la pour bien la conscientiser.
  • Tout au long de l’année en cours vérifier régulièrement si vous restez en accord avec celle-ci.

Voici les intentions du Dalaï Lama et de Desmond Tutu :

  • Puissent tous les êtres trouver le Bonheur.
  • Puissent tous les êtres être libérés de la souffrance.
  • Puissent tous les êtres ne jamais être privés de joie.
  • Puissent tous les êtres supporter la douleur avec sérénité.

L’acceptation

Mis en avant


 « Tout est pour le mieux »
conte Indien

L’acceptation de ce qui est….. et Rebondir !
Un jour, le roi emmena son ministre à la chasse, dans la jungle. En traquant un fauve, le souverain et le sage furent séparés de la suite royale, et finirent par s’égarer au cœur de l’immense forêt. Vers midi, la chaleur devint accablante. Harassé, affamé, le roi s’écroula de découragement à l’ombre d’un arbre.

– Ministre, gémit-il je suis à bout de force et j’ai affreusement faim ! Essaye de me trouver quelque chose à manger.

Le ministre alla cueillir des fruits qu’il offrit à son maître mais celui-ci, dans un accès de fébrilité gloutonne, fit un faux mouvement avec son couteau et se trancha un doigt.

– O ministre, que j’ai mal ! cria t-il, en serrant son membre mutilé qui saignait abondamment.

L’autre se contenta de dire paisiblement :

– Dieu fait tout pour le mieux.

Ces paroles eurent le don d’exaspérer le roi, déjà furieux de sa mésaventure. Fou de rage, il bondit sur le ministre et le roua de coups en hurlant :

– Misérable crétin ! J’en ai assez de ta philosophie ! je suis en proie aux pires souffrances, et ce que tu trouves à dire pour me soulager, c’est : Dieu fait tout pour le mieux ! Va t-en au diable ! je ne veux plus jamais te voir ni entendre parler de toi !

Le ministre se retira aussitôt, en répétant tranquillement : Dieu fait tout pour le mieux ! Resté seul, le monarque se confectionna un bandage avec un lambeau de sa tunique, en roulant d’amères pensées. Soudain, deux robustes gaillards surgissant des fourrés se précipitèrent sur lui et le ligotèrent promptement. Le roi n’était guère en état de se battre, et ces hommes étaient des colosses.

– Quelles sont vos intentions ? Que voulez-vous de moi ? demanda le souverain effrayé.

– Nous allons t’offrir en sacrifice à notre grande déesse Kâli. Chaque année à cette même date, nous avons coutume de lui rendre ainsi hommage. Et nous cherchions justement une victime convenable quand un hasard propice nous a guidé vers toi.

– C’est impossible ! protesta le captif horrifié. Vous ne savez pas à qui vous avez affaire ! Je suis le roi de ce pays ! vous devez me relâcher !

– Ah ! Fort bien ! s’esclaffèrent les deux géants. Notre vénérable Kâli sera particulièrement contente, lorsqu’elle verra quel personnage important nous lui offrons cette année ! Allons suis moi ! Toute résistance est inutile.

Le monarque atterré, fut traîné jusqu’au temple de la déesse et placé sur l’autel. Le prêtre s’apprêtait à lever son poignard, lorsqu’il remarqua le bandage encore tout maculé que portait la victime. Ayant constaté qu’un morceau de doigt manquait au prince, il le fit sur-le-champ libérer, en disant :

– Cet individu n’est pas digne de notre grande déesse ! Nous devons offrir à Kalî un homme entier, parfaitement constitué. Celui-ci ne convient guère. Qu’il s’en aille ! Le roi se hâta de déguerpir, ravi d’avoir échappé de justesse à un sort si funeste. Et il se mit à songer aux paroles de son ministre : Dieu fait tout pour le mieux. Ne serait-il pas maintenant dépecé sur l’autel de Kalî, s’il ne s’était coupé un doigt par une heureuse inadvertance ? Se reprochant vivement la manière dont il l’avait insulté et brutalisé son conseiller, il sillonna la forêt en appelant le ministre, afin de réparer au plus vite son injustice. Il finit par découvrir le sage qui méditait dans une clairière. Le roi l’embrassa en le suppliant de lui pardonner son erreur. Puis il lui raconta son aventure, et comment les adorateurs de Kâli l’avaient relâché, grâce à sa mutilation.

– Sire, je n’ai rien à vous pardonner, dit le ministre, et vous ne m’avez nullement offensé. Bien au contraire, c’est moi qui vous doit la vie. si vous ne m’aviez pas chassé, j’aurais été capturé avec vous, et les sectateurs de la déesse m’auraient forcément immolé à votre place, puisque mon corps est intact.

Ainsi vraiment, Dieu fait tout pour le mieux !

Swami Ramdas

 

Acceptation de ce qui est ! 

Notre chemin est semé de joie, de réussites mais aussi de difficultés, d’épreuves.

Tout est pour le mieux, phrase répétée tout au long du conte, mène à l’acceptation de ce qui est. Lorsque nous ne pouvons changer une situation, mieux vaut accepter ce qui est , lâcher nos résistances et baisser les armes.

La vie est un continuel apprentissage pour évoluer, grandir.

Comprends et travailler sur nos difficultés, c’est prendre un temps pour accueillir ce que nous vivons et enfin dire « Tout est pour le mieux ».

Il est important de prendre conscience de :

  • La situation, de notre vécu.
  • Nos réactions, comportements.`
  • Nos émotions.

Nous pouvons  dire OUI à ce qui est et ensuite REBONDIR.

Haut les Masques et le confinement

Humeur du moment

Comme vous pouvez voir nous avons une réserve de Masques !
Mais qui se cache derrière ?
Cette période est révélatrice :
  • Révélatrice sur l’état du monde.
  • Révélatrice des comportements humains.
  • Révélatrice de la conscience de l’autre.
  • Révélatrice du sens donné à la vie .
  • Révélatrice de la dépendance à l’égard de la consommation.
  • Révélatrice pour les entreprises, les managers, les individus.
  • Révélatrice de la conscience de chacun.
  • Révélatrice de la peur du vide, du rien….
Le confinement est une période de transition propice à l’introspection, à la réflexion, à la simplicité, propice également à savoir qui se cache derrière le masque que vous portez régulièrement.
Je vous propose
  1. Une réflexion sur votre projet de vie, vos émotions et un accompagnement en distanciel pour découvrir qui se cache derrière le Masque !
  2. Des cours de Morphopsychologie en distanciel ou par correspondance pour lever Haut le Masque !
  3. Haut les Masques s’adapte au confienement !!
  4. Des conseils de confiné !

Haut les Masques reste proche de vous et vous accompagne en visioconférence pendant cette période.

Notre rôle :
  • Être là à un moment donné de votre vie, vous accompagner sur ce chemin
  • Être dans une écoute active
  • Vous aider dans la prise de conscience de problématique
  • Permettre à chacun d’entrer dans un processus de changement
  • Vous accompagner à trouver des solutions uniques et créatives LES VÔTRES!

            Votre Projet de Vie de !

« Mon cœur craint de souffrir, dit le jeune homme à l’alchimiste, une nuit qu’ils regardaient le ciel sans lune.

Dis-lui que la crainte de la souffrance est pire que la souffrance elle-même. Et qu’aucun cœur n’a jamais souffert alors qu’il était à la poursuite de ses rêves »

Exrait de L’Alchimiste de P. COELHO, récit d’une quête, celle d’un jeune homme andalou parti à la recherche d’un trésor enfoui au pied des pyramides. Dans le désert, initié par l’alchimiste, il apprend à écouter son cœur, à lire les signes du destin, et par-dessus tout, à aller jusqu’au bout de son rêve.

Pendant cette période nous pouvons parcourir le même chemin initiatique, cultiver notre liberté intérieure et nous interroger sur notre propre histoire, notre propre scénario de vie.
Prenons la plume, devenons l’auteur de notre existence, plutôt que de laisser les pages s’écrire seules ou par d’autres que soi-même. Apprenons à lire entre nos lignes et regardons ce que nous cachons sous nos Masques.
Pour écrire cette histoire, il y a quelques questions à se poser :

  • Quel sens donnons-nous à notre existence et donc à notre quotidien ?  Comment donner du sens à notre travail, nos relations ?
  • Quelle est la vie dont nous rêvions ?
  •  Quelle est notre vision du monde et le rôle que nous voulons tenir ?
  • Quelles sont nos propres aspirations, nos valeurs et non celles de l’environnement familial, social…, nos motivations profondes ?
  • Quelles sont les capacités que nous n’avons pas utilisées jusqu’alors ?
  • Quelles sont nos ressources, nos atouts, nos plaisirs, mais également nos freins, nos conflits intérieurs ?

Ce questionnement permet de retrouver notre socle qui constitue nos fondations et entrons en cohérence avec nous-même.

Ce chemin que nous traçons a une importance propre à chacun et ne répond en rien à une norme (si ce n’est la sienne) ou quelconque conformité.

Pour aller dans le sens de ce qui est important pour nous, il est essentiel de savoir ce à quoi nous tenons.Ce projet se doit d’être réalisable et répond à cette question : Comment faire dans notre vie actuelle ?

Cette carte routière ainsi établie nous permet d’être cohérent dans tous les champs de notre vie (professionnel, personnel, familial…) et nous donne plaisir à cheminer en profitant de la vie même dans le quotidien.

Pour Tal Ben-Shahar – professeur à l’université d’Harvard –  le sens de la vie est l’impression de savoir où l’on va et de prévoir les bénéfices différés de ses actes. Les  plaisirs se vivent dans l’ici et maintenant,  sont des émotions positives, des bénéfices immédiats. Et pour lui Le Bonheur est la sensation globale de plaisir chargé de sens.

Vos émotions de confiné !

En cette période, les émotions peuvent être multiples. La gestion des émotions est importante. Prendre conscience de ce que nous ressentons, indentifier les émotions, permet de les dépasser. Ce sont des signaux, des boussoles intérieures qui nous mènent à une meilleure compréhension de nous-même, mais également vers l’acceptation de ce qui est dans le respect de soi. Le petit guide des émotions vous accompagne dans cette période

Le confinement Défi ou Confort ?
Milieu d’élection ou de correction

L’épanouissement d’un être humain est étroitement lié au milieu qui l’entoure. Nous pouvons de façon généraliste nommer deux milieux :

  • Le milieu d’élection ou zone de confort
  • Le milieu de correction ou zone de défi

Mais, qu’est-ce donc ?????? Le confinement nous projette dans quelle zone ??? en savoir plus

Haut les Masques et le confinement !

La Morphopsychologie en confinement !
Vous voulez, pendant cette période, découvrir de nouvelles disciplines, apprendre et aussi comprendre votre personnalité et votre fonctionnement : Sylvie vous propose des cours par correspondance avec des rendez-vous  en visioconférence.
Un groupe Bonheur pendant le confinement
Nous vous proposons d’échanger autour du Bonheur, des difficultés actuelles, comment vivre au mieux le confinement, cultiver son jardin à Bonheur.
Rendez-vous hebdomadaire en distanciel (réunion via skype) le mardi soir.
Groupe de 5 personnes maximum .

Gardons le sourire !!

Sourions  Rions Bougeons Jouons Créons Réfléchissons Rêvons
Cuisinons Tricotons Ecrivons Dormons Aimons
Développons la bienveillance à notre égard !

Osons lâcher-prise

Lâcher-prise, c’est accepter l’instant présent tel qu’il est, lâcher les résistances intérieures qui luttent contre l’évènement qui se présente.

Pour  Eckart Tolle « Parfois lâcher-prise est un acte plus puissant que de se défendre ou s’accrocher ».

Lâcher-prise permet d’être avec la vie, dans son courant plutôt que s’opposer, se rigidifier, se tendre, se contracter.

Très souvent , il y a confusion dans sa signification : à savoir passivité, incapacité de…, fuite, facilité, être sans projet, insouciance…

Oser lâcher-prise permet un changement positif, une ouverture au possible, une clarté des situations et engage à un passage à l’action en toute conscience.

Tout d’abord, il est nécéssaire d’accueillir la situation, les émotions, les réactions. C’est le temps de l’accueil.

Après avoir accueilli, vient l’acceptation de ce qui est : avancer en étant présent à sa souffrance. C’est le moment d’être son meilleur ami, de prendre soin de soi, être présent à son corps.

Le lâcher prise implique de mettre le mental à son service, faire taire ses jugements négatifs, ses impostures. Le temps du silence apporte la paix et le détachement.

Lâcher-prise c’est aussi Savourez l’instant présent

« Les Hommes perdent la santé pour accumuler de l’argent,ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte qu’ils finissent par non-vivre ni le présent, ni le futur. Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir… Et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. » Le Dalaï Lama.

Pour investir l’instant présent et vivre consciemment :

  • Observez : vivez consciemment avec vos 5 sens ; regardez, écoutez, sentez, ressentez, touchez.
  • Respirez consciemment : premier clef d’accès au calme. Cette respiration consciente est un temps de rappel à soi. Dans votre journée, créez cet espace de vie. Prenez conscience de votre respiration, concentrez-vous sur l’inspiration et l’expiration. Sentez l’énergie vitale en vous. Prenez conscience de votre corps et des sensations et détendez-vous. Ne profitez que de l’instant.
  • Engagez-vous à créer, chaque jour, une occasion de savourer l’instant présent.

« Rien ne s’est jamais produit dans le passé, cela s’est produit dans le présent. »

« Rien ne se produira jamais dans le futur : cela se produira dans le présent »

Eckart TOLLE (le pouvoir de l’instant présent)

Le Sourire

«  Lorsque tu souris à la vie, la moitié du sourire est pour ton visage, l’autre moitié pour quelqu’un d’autre » Proverbe Tibétain.

« Le sourire ne rend pas plus intelligent mais c‘est plus agréable pour les gens qui nous regardent » !! extrait de Nikita, film de Luc Besson.

« J’ai 5 ans et un chagrin d’amour. À mon âge, c’est un peu lourd à porter. J’en ai tombé mon sourire… » Extrait de Sourire de G. Barbot

« Un homme est né pour souffrir. Il est né pour changer. Il change d’infortune ! Ami, reprends courage : Toujours un vent glacé ne souffle point l’orage. Le ciel d’un jour à l’autre est humide ou serein. Et tel pleure aujourd’hui qui sourira demain » André Chenier (Le mendiant, Idylles).

Période difficile de crise, de troubles divers. Il est vrai que certains jours nous n’avons pas très envie de « sourire » et pourtant nous en retirerions certains bienfaits. Et si nous nous exercions à cette expression faciale en cette fin d’année ! inversons la tendance et cultivons un peu d’optimisme, d’ouverture, de bienveillance.

Le sourire est « un langage, une manifestation extérieure de nos pensées ou du psychisme qui nous anime à un moment donné, un aspect de réceptivité.»

C’est une expression que l’on acquière dès la petite enfance par effet miroir avec l’entourage. Son apparition ne relève donc pas du hasard. Elle ne transparaît jamais sur le visage d’un enfant isolé originellement de tous liens sociaux. « L’enfant sauvage » ignore le sourire, le rire, les larmes.

Expression faciale :

Le langage des émotions est d’abord celui des expressions faciales. Le premier analyste fut un médecin français M. Duchenne de Boulogne (neurologue à la Salpetrière 1806-1875). Ce dernier a isolé le mouvement propre à chaque muscle de la face et lui a associé une émotion ou un sentiment. Le fameux sourire de Duchêne !!! Paul Ekman a repris ses travaux. Il a identifié 18 manières de sourires.

En voici quelques exemples :

  • Le pauvre sourire : air malheureux, expression de résignation.
  • Le sourire cruel : plaisir que donne la colère et la méchanceté.
  • Le sourire de « Charlot » : Il sourit à l’acte de sourire.
  • Le sourire de plaisir ou de gaieté : le plus apte à obtenir des sourires en retour. Et c’est de celui-ci dont je vous parle ici.

L’avantage du sourire sur les autres expressions : Le cerveau humain préfère les visages heureux avant tous les autres visages qui ont d’autres expressions.

Pour les spécialistes des neurosciences : « Il existe dans le cerveau un système réservé aux sentiments positifs. Activé en permanence, il permet d’être plus souvent optimiste que pessimiste et d’avoir une vision positive de la vie ».

Alors activons cette zone, Changeons nos comportements pour que nos processus de pensées changent : essayons de sourire dès le matin à soi, aux autres, à la vie.

« En me réveillant, ce matin, je souris. Vingt-quatre heures toutes neuves se tiennent devant moi. »- Thich Nhat Hanh

Quelques suggestions :

  • Cultivez le sourire dès le réveil : souriez-vous et souriez à cette nouvelle journée.
  • Souriez aux gens que vous rencontrez.
  • Exercez vous dans la journée à cette expression : une situation est difficile. Plutôt que d’avoir le visage fermé, tourmenté, crispé, détendez-vous en souriant. Cette expression vous ouvre le visage, vous rend disponible et réceptif et allègera votre journée même si vous avez des difficultés.

Sur votre lieu de travail :

  • Un manager souriant sera plus à l’écoute de ses collaborateurs, plus disponible et inspirera d’avantage confiance. Ceci n’est pas à l’encontre de la fermeté.
  • Arrivez sur votre lieu de travail en souriant même si celui-ci est difficile. Votre état d’esprit sera différent ainsi que la représentation de votre journée de travail.

 N’oublions pas que le visage exprime la part prise dans nos échanges. Donc si vous voulez communiquer, ayez une expression ouverte.

Le sourire ne règle pas toutes les problématiques, mais contribue à un mieux-être. C’est simple à appliquer. Alors essayez et Souriez, vous êtes filmés !

 Haut les Masques® entreprise souriante

Haut les Masques® peut vous aider à retrouver le sourire dans l’entreprise.

Pour sourire à la vie, Haut les Masques® vous propose un accompagnement individuel.

Ayez confiance en vous, en la vie

Mis en avant

Assurance   Foi    Espérance   Courage   ouverture

Hardiesse          Toupet   Estime     lâcher-prise

Soi          les Autres          la Vie          Croyance          Réussite

         Sécurité         Bonheur          Respect

Qu’est ce que la confiance ?

La confiance d’après le LAROUSSE est « le sentiment d’Assurance et de Sécurité ».

D’un point de vue étymologique : Le verbe confier vient du latin confidere : com « avec » et fidere « fier » : remettre quelque chose à quelqu’un en se fiant à lui et en s’abandonnant à sa bienveillance et à sa bonne foi.

La confiance est une composante de l’estime de soi. Elle se réfère à nos actions. Elle contribue de façon fondamentale à l’estime et la valeur que chacun se porte. Ce sont nos actes, la célébration de nos succès, notre mérite qui en partie permettent de mieux développer cette assurance.

Être confiant c’est avoir la certitude de posséder les capacités nécessaires pour compter sur soi, faire face aux difficultés, aux imprévus de la vie.

Notre société très instable, le monde en perpétuel changement et cette période de crises multiples sont des dangers pour toute personne manquant de confiance. Ceci se révèle un véritable handicap.

La confiance en soi dépend de plusieurs facteurs : à la fois des facteurs extérieurs environnementaux (éducatif, familial, social, professionnel…) et internes.

Ce n’est pas un don inné mais BONNE NOUVELLE elle s’acquiert peu à peu. Alors au boulot !!!

Image 52

vous confie plusieurs clefs pour développer la confiance en soi

Pratiquer l’acceptation de soi :

  • Reconnaître ses sensations, ses pensées, ses émotions, ses sentiments, les vivre et les exprimer
  • S’accepter tel que l’on est avec ses QUALITÉS et ses défauts.
  • S’accepter c’est faire l’expérience de soi et vivre en toute conscience.

La bienveillance :

  • Être bienveillant avec soi-même comme le serait notre meilleur ami.
  • Réconforter notre enfant intérieur souvent insécurisé et apeuré.
  • Se valoriser, se considérer avec respect.

Vivre consciemment :

  • La réalité est là : vivre avec nos 5 sens, sans s’aveugler, s’anesthésier. Se rappeler que notre perception de la réalité n’est pas la réalité. Plus le niveau de conscience est élevé plus la personne est apte à agir efficacement.

Lister ses qualités, ses capacités.

  • La pire attitude consiste à se nier, à se désavouer.
  • Chaque soir, écrire toutes ses réussites de la journée et se gratifier, se félicite.

Allo Radio encouragement :

  • Faire taire radio critique et se brancher sur radio encouragement. Notre critique intérieur nous fait passer pour de l’info ce qui en fait n’est que de l’intox
  • Reformuler positivement ce que l’on se dit.
  • Il vaut mieux réciter des mantras ou des affirmations positives plutôt que toutes les critiques que l’on se martèle toute la journée !

Le respect :

  • « Si je me respecte, les autres me respecteront ».
  • Le respect de soi, des autres, de la nature…

La responsabilité :

  • Être responsable de ses désirs, de ses choix, de ses actions.
  • Penser par soi-même : comprendre, savoir, se faire une idée. Se servir de son esprit plutôt que de laisser aux autres la responsabilité du savoir.

Soyons ouverts et disponibles à la vie, prenons conscience que nous faisons partie d’un tout.

Et n’oublions pas LE SOURIRE, sourions dès le matin

Image 5

Le Dalaï Lama dit : « Plus on éprouve de respect pour une personne ordinaire, plus on se sent proche d’elle et plus on est prêt à suivre ses conseils. De la même manière, plus vous aurez foi en votre maître, plus vous ferez de progrès dans votre pratique »

« L’optimiste est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès » Mr Baden Powell.

« Le possible est juste un peu après l’impossible ».SALOMÉ

 

Le Stress : Vous avez dit stress ?

stressQu’est ce que le Stress ?

C’est la réponse de notre corps à une alarme qui sonne dans notre cerveau et nous prévient d’un danger. Ce danger peut nuire à notre survie ou bien mettre en péril notre équilibre psychologique : nous évaluons la situation comme dépassant nos ressources et menaçant notre bien-être.

Notre sensibilité au stress est inversement proportionnelle à l’estime que nous avons de nous-même.

Donc inutile de combattre le stress puisque c’est une réaction salutaire. Comprenons plutôt les situations que nous codons comme dangereuses et menons une co-habitation avec le stress

Nous vivons une période difficile inquiétante et insécurisante. Période de changement qui révèle les peurs de chacun devant l’inconnu. Nous nous laissons prendre par le tumulte extérieur, la rapidité de notre société, et toutes les petites voies intérieures qui nous rappellent en permanence la dureté et la difficulté à faire face. Il est temps de prendre soin de soi et de développer un mental plus fort, une attitude sereine pour vivre l’instant tel qu’il se présente.

Le stress n’est pas particulier à notre siècle : Et oui au XIVe siècle, le terme stress apparaît dans la langue anglaise pour désigner un état de détresse liée à la dureté de la vie.  De nombreux scientifiques ont traité de cette notion : comme DARWIN considérant « la peur comme un moyen de mobiliser l’organisme pour assurer sa survie et faire face au danger ». C’est Hanse SELYE dans les années 1950 qui rend populaire le stress. Il l’appelle le « syndrome général d’adaptation » et parle de réaction non spécifique que donne le corps à toutes demandes qui lui sont faites.

Gardons à l’esprit que c’est notre perception de l’événement, de la situation qui détermine le degré auquel nous sommes à la merci du stress et de ses manifestations très inconfortables et parfois handicapantes.

Comment minimiser nos craintes, nos peurs et donc notre stress dans un climat aussi anxiogène que celui que nous vivons en ce moment ? Franklin Roosevelt disait « La seule chose dont nous devons avoir peur, c’est de la peur elle-même. »

Comment faire pour que notre vie soit plus sereine ?

  • Tout d’abord : Prendre conscience de toutes les situations qui  nous inquiètent, nous agitent. Qu’ont-elles en commun ?
  • Quelle représentation avons-nous des situations : modifier l’importance avec laquelle cela pèse sur nous et changer de logique.
  • Comment réagissons-nous : nos émotions, nos réactions physiques
  • Cultivons nos ressources internes et externes
  • Stimulons notre bien-être physique et psychologique et profitons des périodes de calme avec quelques outils : La respiration, la pleine conscience, la méditation.

LA RESPIRATION

Respirons consciemment  lorsque la peur pointe son nez et que la menace est là tapie dans l’ombre. Bien souvent, lorsque nous nous sentons  agressé nous retenons notre souffle.

La respiration ouvre l’espace, redresse la colonne vertébrale et permet d’apaiser les émotions. En respirant, nous commençons à éliminer les barrières. L’énergie de nouveau peut se libérer dans notre corps.

Exercice de respiration

  • Installez-vous confortablement. Le visage relâché.
  • Concentrez-vous sur votre rythme respiratoire.
  • Puis faites une inspiration lente (ventre gonflé) expirez par la bouche qui est pincée (sans serrer les dents) (ventre rentré) comme si vous souffliez sur une boisson chaude.
  • Le faire plusieurs fois.
  • Puis inspirez très profondément et expirez très profondément.
  • Reprenez une respiration normale.

LA MÉDITATION

  • Asseyez-vous confortablement et fermez les yeux. Concentrez vous sur votre respiration pendant quelques minutes pour calmer votre esprit.
  • Visualisez un magnifique lever de soleil. Dans l’œil de votre esprit, regardez le soleil apparaître lentement au-dessus de l’horizon et observez toutes les splendides couleurs du ciel. Sentez comme cet instant est magnifique. Vous ressentez la chaleur du soleil.
  • Après quelques minutes, ouvrez les yeux.

Appelez un numéro d’urgence : celui de Haut les Masques ®.

Nous vous proposons de vous accompagne  pour co-habiter avec le stress. Vous découvrirez votre fonctionnement et harmoniserez le corps et l’esprit : Vous apprendrez à développer un mental plus fort.

CITATIONS À MÉDITER

  • Maître ZEN :

« – Qu’est ce que le tao, la Voie, la Vérité ? demande un disciple à son maître.

C’est ton esprit de chaque jour, répond le maître puis, développant sa pensée : quand j’ai faim, je mange ; quand je suis fatigué, je dors.

N’est-ce pas ce que chacun fait ?

Non la plupart des êtres ne sont jamais pleinement présents dans ce qu’ils font ; lorsqu’ils mangent, ils ont l’esprit préoccupé par mille autres choses ; lorsqu’ils dorment, ils ne dorment pas vraiment. L’homme vraiment accompli se reconnaît à ce qu’il n’a plus l’esprit divisé. »

 

  • Martin Luther King, Jr. :

La paix n’est pas un objectif lointain, mais un moyen d’atteindre notre objectif. Martin Luther King, Jr.

 

  • I. Newton :

Dix mille difficultés ne font pas un doute.

 

  • Montalembert

Les difficultés ne sont pas faites pour abattre mais pour être abattu.

L’instant présent

Notre rapport au temps : Vaste programme !!!!

Le passé, le futur prennent une place importante dans notre esprit. Il ne reste pas beaucoup d’espace pour le présent, alors que lui seul existe.

LE PASSE certes fait partie de nous, réservoir de nos expériences, nos souvenirs, nos ressources, nos croyances. Mais certains d’entre nous ont tendance à s’identifier à lui ; ils tentent de le maintenir en vie, marchent la tête tournée vers l’arrière. Ils ne vivent leur vie qu’au travers de photos jaunies.

« En fait, il ne faut ni s’effrayer ni s’inquiéter de nos souvenirs, mais tout simplement les faire jouer en notre faveur » (E. LOFTUS).

Quel paradoxe : le corps est dans le présent et l’esprit est resté hier.

Chaque personne porte en elle un visage de référence auquel il mesure son visage d’aujourd’hui : une nostalgie laissée par le vieillissement. Comme si le visage d’aujourd’hui ne valait que dans le miroir d’hier.

Acceptons le temps qui passe en investissant le Présent. Reconnaissons notre valeur aujourd’hui, laissons la vie faire son œuvre, acceptons la mobilité, la progression de notre existence.

Si ce n’est le passé qui nous hante, c’est l’Avenir.

Combien de problèmes, d’insatisfactions traitons nous en disant « ce sera mieux plus tard…. » C’est la longue attente de ce qui va arriver ! C’est une projection permanente de ce qui va arriver. Nous sommes dans le présent, mais combien d’entre nous veut déjà être dans le futur. Combien de situations futures imaginées parfois inquiétantes et qui n’existent pas.

Et le temps passe……sans que nous vivions notre Vie !

« Rien ne s’est jamais produit dans le passé, cela s’est produit dans le présent. »

« Rien ne se produira jamais dans le futur : cela se produira dans le présent »

Eckart TOLLE (le pouvoir de l’instant présent)

Alors investissons le moment présent et vivons en toute conscience.

Auto-coaching

  • Quel est votre rapport au temps ?
  • Parlez-vous souvent, pensez-vous souvent de votre passé ?
  • Faites-vous souvent références aux expériences passées ?
  • Ruminez-vous tous vos déboires passés ?
  • Quelles émotions cela provoque-t-il chez vous ?
  • Votre petite voix intérieure vous fait-elle anticiper beaucoup de choses
  • Etes-vous stressés par des situations futures donc imaginaires ?
  • Attendez-vous beaucoup ? un meilleur travail, l’argent, la réussite, les vacances…

 Pour être dans le présent :

  •  Prenez conscience de votre respiration, concentrez-vous sur l’inspiration et l’expiration. Sentez l’énergie vitale en vous. Prenez conscience de votre corps et des sensations.
  • Accordez de l’attention au présent : « à cet instant précis, quels sont vos comportements, vos émotions, vos pensées, vos craintes ? »
  • Observez-vous, écoutez-vous, écoutez votre voie intérieure.
  • Investissez les tâches du jour, même les plus quotidiennes
  • Quelles sont les gratitudes de cette journée ?

 

« Les Hommes perdent la santé pour accumuler de l’argent, ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur,  ils oublient le présent de telle sorte qu’ils finissent par non-vivre ni le présent, ni le futur. Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir… Et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu » Le Dalaï Lama